06 59 35 63 96
Sélectionner une page

L'EXPERT DU DÉSENFUMAGE À VOTRE SERVICE
Le désenfumage Naturel |Le désenfumage Mécanique |Professionnel | Particulier|

FRANCE - CORSE - DOM/TOM

L’assurance d’un financement rapide pour vos investissements productifs

LE DÉSENFUMAGE

Le désenfumage est l’expulsion de la fumée d’un lieu, c’est un élément sécuritaire important qu’il est nécessaire de mettre en œuvre en cas d’incendies. Une procédure de désenfumage comporte des règles et a pour objectif la sécurité des personnes. Que faut-il savoir sur le sujet ? Le désenfumage a pour principaux objectifs:

  • d’extraire au démarrage d’un incendie le plus possible de fumées et des gaz de combustion
  • converser dans un état praticable les escaliers et les couloirs de circulation destinés à l’évacuation du public
  • limiter autant que possible la propagation de l’incendie
  • aider au mieux l’intervention des secours
Définition du désenfumage naturel
Définition du désenfumage mécanique
La réglementation concernant le désenfumage des maison individuelles
La réglementation concernant le désenfumage des bâtiments (professionnels et d'habitation)
La réglementation de établissements recevant du public: norme IT 246
La réglementation des parkings ?
Quels sont les principaux systèmes et équipements de désenfumage ?

Coût annuel des incendies domestiques

%

des décès dans des incendies sont dus aux fumées et gaz chauds générés

%

Des décès dans des incendies sont dus aux fumées et gaz chauds générés

POURQUOI FAIRE APPEL À NOS SERVICES ?

%

Taux de satisfaction de nos clients

Nombre de chantiers encours

Un accès large au marché

Un accès direct au marché français et au marché des Lloyds

b

Un seul dossier

Vous constituez UN SEUL et unique dossier. Nous consultons tous nos partenaires.

Les meilleurs tarifs

Nos partenaires proposent des tarifs très compétitifs et stables

i

Devis gratuit sans engagement

Aucun frais perçu avant, pendant ou après l’émission des offres

Les garanties

Les contrats proposés sont spécialement conçus par des spécialistes pour vos activités

Réactivité

Nos partenaires s’engagent à revenir vers vous sous 48h

PLUS DE 500 ENTREPRISES NOUS FONT CONFIANCE

Nous avions besoin de trésorerie alors nous avons fait refinancer nos machines achetées 2 années auparavant

Mr TERREBOS
Gérant, SAS THIEREST

Nous avons trouvé ici une solution de financement matériel en moins de 10 jours

Mr PAYO
Directeur, FORHO

Merci pour votre réactivité et vos solutions originales de financement

Mr RAVI
Gérant, TUBO SAS

Super conseil, vous avez réussi là où les banques ne voulaient pas nous accompagner

Mr TERREBOS
Gérant, SAS THIEREST

Nous avons payé un peu plus cher qu’auprès d’une banque traditionnelle mais avons pu trouver ici une réponse rapide et adaptée à nos besoins

Mr PAYO
Directeur, FORHO

L'EXPERT DU DÉSENFUMAGE À VOTRE SERVICE
Le désenfumage Naturel |Le désenfumage Mécanique |Professionnel | Particulier|

FRANCE - CORSE - DOM/TOM

L’assurance d’un financement rapide pour vos investissements productifs

+ D’INFOS SUR NOS SOLUTIONS DE DÉSENFUMAGE

À quoi sert le désenfumage ?

En cas d’incendie dans un bâtiment, la fumée et la chaleur produites s’accumulent et se condensent à l’intérieur des locaux. Le désenfumage a pour but d’expulser cet ensemble de chaleur et de fumée. Il s’agit essentiellement de :

  • Permettre une évacuation facile des occupants des locaux ;
  • Empêcher l’incendie de prendre de l’ampleur ;
  • Faciliter aux pompiers l’accès aux bâtiments.

Expulser les fumées chaudes qui s’accumulent aide à faire baisser la température dans les locaux et à éviter que l’embrasement se propage. Les dégâts et les divers risques encourus sont aussi beaucoup réduits. En effet, il faut savoir que l’effondrement des bâtiments au cours des incendies est essentiellement dû à la haute température : les matériaux de construction offrent une résistance mécanique limitée face à la chaleur.

L’évacuation des fumées

Les fumées s’accumulent naturellement en hauteur. Un dispositif d’évacuation correctement élaboré vise donc toujours à créer des voies de circulation en tenant compte de ce fait. Le désenfumage du bâtiment est obtenu par la création d’une évacuation conséquente du volume à désenfumer. Il s’agit de :

  • Prévoir des volets dans la partie inférieure du local ;
  • Aménager des exutoires au niveau de la toiture ;
  • Créer des ouvrants sur les façades ;
  • Construire des bouches associées à des conduits.

Il est possible de déclencher l’ouverture des exécutoires par un mécanisme automatique ou de le faire manuellement. Selon le type de l’habitation, lesrègles de sécurité peuvent exiger un déclenchement automatique. Cependant, il est important dans tous les cas que le désenfumage puisse aussi se déclencher manuellement ; la commande manuelle devant être facilement accessible.

L’amenée d’air frais

Il est obligatoire que les prises d’air frais se trouvent dans des endroits à l’abri des fumées. L’amenée de l’air neuf peut se faire naturellement ou être mécanique. Dans un local donné, il est préconisé de ne faire usage que d’un unique système d’amenée d’air. Un mélange des deux modes de désenfumage peut en effet conduire à des effets négatifs. En effet, la grande aspiration du système mécanique peut mener à une inversion ou une annulation du procédé de désenfumage naturel.

L’amenée d’air naturelle

Pour le système naturel, l’air frais s’introduit dans les locaux grâce à la dépression engendrée par l’expulsion des fumées (les gaz à température élevée sont plus légers : ils montent.). Le système naturel convient aux bâtiments à un seul niveau. L’air entre par :

  • les différentes portes du local à désenfumer donnant accès à des espaces correctement aérés ;
  • Les bouches d’aération ;
  • Les ouvrants en façade.

L’amenée d’air mécanique

Pour le système mécanique, l’air frais est brassé via des bouches par des ventilateurs ou des brasseurs. Il est important de limiter la vitesse de soufflage afin de ne pas déstratifier les fumées. Ces dernières peuvent aussi être expulsées grâce à un ventilateur d’extraction. Le système mécanique est conseillé pour les habitations sur plusieurs étages ou ayant de grandes dimensions.

Le débit d’amenée de l’air se doit d’être plus petit que le débit d’extraction. Cela permet d’éviter que les locaux sinistrés se retrouvent en surpression comparativement au reste du bâtiment.

La mise à l’abri des fumées

La mise à l’abri des fumées consiste à créer une surpression dans les locaux que l’on souhaite mettre à l’abri en y soufflant. Il faut que les portes donnant accès au volume que l’on vise à protéger restent ouvrables. Pour cela, la surpression ne doit pas dépasser les 80 Pa. En outre, quand il s’agit d’escaliers, la vitesse de passage de l’air soufflé par la porte ouverte doit être supérieure à 0,5m/s. Il faut savoir que ce procédé de désenfumage n’est utilisé que lorsqu’il s’agit d’escaliers. Il peut cependant être mis en œuvre de façon exceptionnelle pour des espaces d’attente, lorsque le désenfumage naturel ne peut convenir. Avec cette méthode, on ne peut réellement parler d’expulsion de fumées. Il s’agit plutôt d’une mesure préventive visant à empêcher les fumées d’entrer grâce à la surpression. Il faut pour cela que tous les locaux adjacents à la pièce soient désenfumés.

Le désenfumage des ERP : 2e groupe – 5e catégorie

Les salles s’étendant sur plus de trois-cents mètres carrés et qui sont localisées au rez-de-chaussée et en étage doivent être désenfumées, de même que celles localisées en sous-sol et possédant une superficie supérieure à cent mètres carrés. Les escaliers encloisonnés doivent également être désenfumés.

Les Atriums

On utilise ici le terme atrium pour faire référence à un volume intérieur libre sur plusieurs niveaux d’un bâtiment donné. Les atriums, de même que l’ensemble des circulations et des locaux qui leur sont attenants et qui s’ouvrent sur lesdits atriums doivent être désenfumés. Cette opération peut être mécanique ou naturelle en ce qui concerne l’atrium, mais il est indispensable qu’elle soit mécanique dans le cas des locaux et circulations voisins. En fait, en désenfumant mécaniquement les locaux et circulations qui s’ouvrent sur l’atrium, on parvient à s’éviter le désagrément de « l’effet cheminée », c’est-à-dire l’amorce du tirage thermique par l’atrium qui pourrait opérer une transmission de l’incendie à l’ensemble des niveaux supérieurs.

La réglementation et les obligations concernant le désenfumage

Les installations d’un local et les différents dispositifs de désenfumage doivent être dans le respect d’une réglementation stricte. Cette réglementation peut changer selon le pays. Il s’agit d’assurer une sécurité optimale aux personnes dans le bâtiment. Notons qu’en France, l’instruction technique n° 246 du 22 mars 2004 définit les modalités de dimensionnement du désenfumage. Quant à la détermination des matériels dont il faudra faire usage, elle est fixée par les normes de la série NF S 61-93x. En Suisse, qui est l’un des pays les plus sûrs du monde en ce qui concerne la sécurité incendie, ce sont les directives de l’Association des Établissements d’Assurance Incendie (AEAI) qui sont appliquées à travers tout le pays.

Le désenfumage de bâtiments accueillant du public

Il est obligatoire de prévoir des dispositifs pour :

  • Les locaux de plus de 100 m2 n’ayant pas d’ouverture sur l’extérieur ;
  • Les locaux de plus de 100 m2 situés en sous-sol ;
  • Les locaux de 300 m2 situés en hauteur ou au rez-de-chaussée.

On autorise un désenfumage par tirage naturel ou par tirage mécanique. Le nombre d’exutoires dans le cas de la méthode naturelle est d’au moins 1 exutoire pour 300 m2. Les locaux longs de plus de 60 m ou ayant plus de 2000 m2 sont à sectionner en cantons de désenfumage. La taille maximale d’un canton est de 1600 m2. Il est nécessaire que les cantons soient de même taille.

Lorsque les dispositions propres aux différents types d’établissements autorisent la communication entre 3 niveaux au moins, le volume total doit être désenfumé comme un espace unique. Cela, à la condition que la superficie totale des planchers soit supérieure à 300 m2.

 

Le désenfumage de bâtiments de grande hauteur IGH

Deux systèmes mécaniques sont prévus :

– Pour les escaliers, on procède à une mise à l’abri des fumées :

  • En créant dans la pièce à protéger une surpression (entre 20 et 80 Pa).
  • En assurant le passage d’un vent à 0,5m/s par la porte ouverte.

– Quant au SAS, il est désenfumé par deux types de solutions :

  • Un procédé de balayage avec un flux ascendant de 0,2m/s.
  • Une protection obtenue par une surpression à un débit permettant d’obtenir V=1m/s entre la circulation et le SAS. Il s’agit de renforcer le débit provenant de l’escalier par une vitesse supplémentaire de passage de 0,5m/s par la porte-SAS/circulation.

 Pour les circulations horizontales communes, l’expulsion des fumées se fait par balayage. Les bouches d’extraction et les amenées d’air sont alternées. Le ventilateur d’extraction agréé à 400°C/2h, la vitesse de soufflage doit être inférieure à 5m/s et le débit de 1m3/s.

Dans les IGH, des détecteurs de fumées mis en place dans les circulations horizontales communes déclenchent le désenfumage de façon automatique dans le premier compartiment sinistré. Ce déclenchement se fait de façon manuelle dans les autres compartiments, sur le commandement des sapeurs-pompiers.

Le désenfumage des parkings

  • Pour les parcs de stationnement à un seul niveau de sous-sol : il faut une ventilation mécanique ou naturelle.
  • Pour les parcs de plusieurs niveaux de sous-sol : il est imposé une ventilation mécanique.

La ventilation mécanique doit se faire par des ventilateurs agréés de 200° C/1h. Il faut un débit de 600 m3/h pour désenfumer pour chaque place de stationnement. On se sert couramment de deux moteurs de vitesses pour une ventilation de confort en petite vitesse et pour un désenfumage efficace avec la grande vitesse. La ventilation se doit d’être reliée à un détecteur de CO ou à une horloge.

Le désenfumage des établissements recevant du public (ERP) : 1er groupe – 1re à 4e catégories

Certaines circulations horizontales, ainsi que les halls et les espaces recevant du public doivent être désenfumés :

  • Les circulations se trouvant dans les sous-sols ;
  • Les circulations qui desservent les locaux prévus pour le sommeil ;
  • Les circulations dont la longueur est plus supérieure à 30 mètres ;
  • Les circulations qui sont desservies par escaliers en surpression.

Escaliers

Il est nécessaire que l’ensemble des escaliers encloisonnés (c’est-à-dire situés entre deux parois sur toute leur hauteur) soit désenfumé. Désenfumer des escaliers non encloisonnés n’est pas obligatoire dans le cas où les espaces avec lesquels ils sont en communication directe (c’est-à-dire les niveaux, les locaux et les circulations notamment) ne font pas l’objet d’un désenfumage obligatoire. Le désenfumage des escaliers qui assurent la communication avec un maximum de deux niveaux en sous-sol n’est également pas requis.

Locaux

Dans les articles DF, le règlement de sécurité requiert également le désenfumage des types de locaux ci-après :

  • Les locaux localisés en sous-sol et s’étendant sur plus de 100 m² ;
  • Les locaux d’une superficie supérieure à 300 m² situés au rez-de-chaussée et en étage ;
  • Les locaux s’étendant sur plus de 100 m² et ne s’ouvrant pas sur l’extérieur à travers une porte ou une fenêtre.

Compartiments

Quand le principe de distribution évoqué dans les articles DF est approuvé et qu’on l’utilise, les compartiments doivent être désenfumés suivant les modalités ci-après :

Au cas où le compartiment est composé de cloisons allant du plancher bas au plancher (on parle de cloison toute hauteur), les circulations, de quelque longueur qu’elles soient, de même que les locaux précisés précédemment doivent être désenfumés.
L’intégralité du volume doit être désenfumée, pour un compartiment considéré comme un plateau paysager, ou un compartiment possédant des cloisons partielles.

désenfumage

Quelles sont les différentes méthodes de désenfumage ?

On distingue la méthode naturelle et la méthode mécanique.

Le désenfumage naturel

Le désenfumage naturel consiste à évacuer les fumées par tirage thermique naturel : on parle de l’effet cheminée. Cela peut se faire directement par le moyen des ouvrants en façade, des exutoires ou des conduits.

Le désenfumage mécanique

Pour le mode mécanique, l’évacuation se fait par un ventilateur aspirant les fumées dans un conduit pour les expulser à l’extérieur. Le désenfumage mécanique est contre-indiqué quand il s’agit d’escaliers. En effet, il est probable que l’origine des fumées soit des pièces attenantes aux escaliers. Dans ce cas-là, l’extraction mécanique peut se révéler un facteur aggravant pour la propagation des fumées dans les escaliers. Cela peut rendre les escaliers inutilisables pour les personnes désirant évacuer les locaux.

On réalise les extractions mécaniques grâce à des bouches associées au ventilateur qui extrait les fumées. Les amenées d’air quant à elles sont faites grâce à des bouches raccordées à un ventilateur de soufflage. Les extractions mécaniques des fumées tout comme les amenées d’air visent à obtenir un balayage du volume à purifier. Il est possible de compléter ces actions en mettant les espaces à protéger en surpression.

La commande de désenfumage

Les différents dispositifs mis en place prévus pour l’expulsion des fumées répondent à des commandes. La commande est donc le moyen par lequel est enclenché le fonctionnement d’un dispositif donné du système.

Pour le cas des exutoires, on distingue deux différents modes de fonctionnement :

  • La commande automatique qui se fait par fusible thermique. Le fusible est réglé pour réagir à une température donnée. Il est toutefois nécessaire de disposer aussi d’une commande manuelle.
  • La commande à distance réalisée par treuil. Ce type de commande ne contrôle qu’un seul exutoire à la fois. La longueur du treuil peut atteindre 15 m à condition que son cheminement se voie du sol du local. Sinon, la longueur du treuil doit être limitée à 8 m. Le treuil doit posséder au plus 4 poulies de renvoi d’angle pour assurer un bon fonctionnement. Il doit en outre être protégé sur une hauteur de 1,50 m sur son départ.
  • La commande pneumatique fonctionnant avec une bouteille à CO2. Il est nécessaire que la cartouche de CO2 soit percutable pour les bouteilles de petites dimensions. Des bouteilles de remplacement sont à prévoir, ces dernières devant convenir au système installé.

Le règlement de sécurité exige pour certains types de bâtiment un déclenchement par détection automatique. Dans un grand bâtiment, par exemple, le déclenchement de l’expulsion des fumées se fait sur détection automatique, mais il peut aussi être relié au système d’alarme général. Dans les centres commerciaux, les différentes commandes manuelles de désenfumage se retrouvent tout près de l’entrée. Le but est de permettre de gérer efficacement chaque zone de désenfumage (les cantons de désenfumage devant être schématisés près des commandes).

Les principaux moyens de désenfumage

Outre la trappe et le châssis de désenfumage qui sont des moyens de désenfumage particulièrement répandus, on se sert également du volet de désenfumage et du clapet coupe-feu.

Le volet de désenfumage

Les volets de désenfumage sont utilisés pour le désenfumage mécanique ou naturel des ERP, des immeubles de grande hauteur (IGH), et des bâtiments de logements collectifs. Positionnés en partie inférieure, ces volets servent à laisser entrer l’air frais. En partie supérieure, ils sont utiles pour l’extraction des fumées. Leur ouverture ne se déclenche que par l’intermédiaire du Centralisateur de Mise en Sécurité Incendie (CMSI).

 

Le clapet coupe-feu

Le clapet coupe-feu est un dispositif d’obturation dont le rôle est de prévenir toute propagation d’un incendie. Il est installé sur un conduit d’aération de ventilation, d’aération ou de climatisation. En position normale, ce dispositif reste ouvert pour permettre une circulation optimale de l’air. Il se ferme en cas d’incendie. Cela a pour but d’empêcher les appels d’air susceptibles d’attiser le feu. Le clapet coupe-feu limite aussi la propagation de gaz ou de fumées toxiques dans le conduit.

Le clapet coupe-feu se ferme selon deux modes différents :

  • Une fermeture centralisée : le clapet est dans ce cas relié à la centrale incendie du local et enclenché par elle. De la position « ouvert », le clapet se ferme automatiquement lorsque la fermeture est commandée via la bobine de commande du volet.
  • Une fermeture thermique : dans ce cas-ci, c’est le niveau de la température de l’air du conduit qui est l’élément principal. Un fusible positionné sur le clapet lance la fermeture du volet d’obturation quand cette température va au-delà d’une limite définie (70°C en général).
Summary
User Rating
4.5 based on 11 votes
Service Type
Le désenfumage pour les professionnels et les particuliers
Area
En métropole, Corse et dans les DOM
Description
Nous proposons des interventions spécialisés pour tout type de bâtiments en respect des normes en vigueur.
LE DÉSENFUMAGE
4.8 (96.11%) 108 votes